bienfaits yaourt maison

Les 7 Bienfaits des Yaourts maisons qui vous rendent plus heureux

Avez-vous déjà eu l’impression de devoir acheter des desserts, en supermarché, pour leurs bienfaits sur la santé… tout en sachant que les transformations et ajouts industriels peuvent en altérer (voir annihiler) tous les bénéfices ?

Pas d’inquiétude, ça nous est tous arrivé.

Mais si vos chérubins adorés préfèrent (comme les miens) les packagings (de p’tits bonhommes verts à 3 yeux et 4 bras) au réel goût du yaourt, alors la culpabilité peut arriver.

En effet, en regardant les ingrédients, vous vous demandez vite si ce packaging n’est pas plutôt là pour prévenir les parents : ce bonhomme vert à 3 yeux ne serait-il pas un enfant qui a trop abusé de ce yaourt ?

Alors, après avoir souri intérieurement à cette pensée, vous les prenez tout de même car… ce sont leurs préférés et les produits laitiers sont importants à leurs âges (calcium, vitamines, probiotiques…)

Ah mais au fait ! Ces fameux probiotiques, les yaourts industriels en contiennent-ils réellement ? Et si oui, en contiennent ils beaucoup ? 

Malheureusement, même si les yaourts pasteurisés se conservent longtemps, qui dit « pasteurisé » dit « élimination des bactéries actives (et donc des probiotiques) ». Même constat pour les yaourts brassés aux fruits. Beaucoup de yaourts industriels sont donc un unique mélange onctueux de glucose… de conservateurs et d’additifs.

En parlant d’ajouts, il y en a un qui est plus sensible. Si vous êtes végan ou végétarien, quelques yaourts, au lait végétal, contiennent un épaississant non végétal : la gélatine !

Bon, la solution, vous la connaissez. Que ce soit au four ou avec une yaourtière : pour être sûr de ce que vous mangez, il faut le faire maison… mais le temps que vous y consacrerez en vaudra-t-il les bénéfices ?

Si vous avez des enfants, les mangeront ils sans la mascotte du packaging ?

Lisez la suite, vous ne pourrez qu’être convaincu !

1 – Une contenance assurée en probiotique !

Que vous choisissiez des ferments lactiques en pharmacie, en ligne, ou un yaourt du commerce (à condition de bien le sélectionner !), vous êtes assuré(e) que vos yaourts maisons contiendront une dose recommandée de probiotiques.

Alors oui, on parle bien de bactéries… mais celles-ci ont un effet bénéfique pour votre santé. « Pro » signifiant « en faveur » et « biotikos » voulant dire « la vie ».

Ces micro-organismes (provenant des ferments lactiques) s’installent dans l’intestin et viennent faire pencher la balance bonnes/mauvaises bactéries du bon côté. Les études actuelles comparent notre intestin à un deuxième cerveau, d’où l’intérêt de préserver son équilibre.

Les bénéfices sont importants :

  • une meilleure digestion.
  • une plus grande facilité dans la synthèse des vitamines B et K.
  • un renforcement de votre système immunitaire.
  • une « muraille » plus résistante face à la colonisation des mauvaises bactéries.

2 – Le choix des produits !

Que vous soyez pro ou anti lait de vache, le yaourt maison met tout le monde d’accord !

On peut préférer d’autres laits : 

  • de chèvre.
  • de brebis.

Mais aussi des laits végétaux :

  • de soja.
  • de coco.

Et la fabrication s’adapte très bien aux laits demi-écrémés ou entiers.

Avec une telle amplitude, vous pourrez contenter tout le monde (famille ou invités), en fonction des goûts, des choix mais aussi des besoins de chacun. 

Les recettes de ce produit laitier sont innombrables, qu’il soit au lait de vache ou que vous utilisiez des laits végétaux. 

Les arômes bio de fruits viendront donner du goût à vos desserts, sans avoir besoin de rajouter trop de sucre. Et pour encore plus d’authenticité, une gousse de vanille fraîche sera un réel plaisir gustatif. Les confitures maison pourront évidemment être mises à l’honneur dans votre préparation, à moins qu’une compotée de fruits de saison vous ravisse plus.

Le fructose naturel (sucre des fruits) est un réel allié sucrant, vous permettant de vous faire plaisir d’une façon plus saine qu’avec du sucre blanc ou de l’aspartame (largement utilisés dans la préparation industrielle).

Ce dernier point nous envoie directement sur la suite :

3 – Bye Bye additifs et conservateurs !

Et oui, vous ne produisez pas pour les 5 mois qui arrivent comme les industriels. Du coup, pas besoin de stabilisateurs de pH, pas besoin de conservateurs longue durée, pas besoin de colorants marketing.

Tous ces ajouts impactent en plus les probiotiques. Dites STOP !

Oufff avec vos yaourts maisons, c’est une quantité non négligeable de ces éléments que vous bannissez.

Votre préparation en pot est un produit sain ! On ne vous cachera pas que leur conservation est moins longue, mais elle sera largement suffisante pour une consommation normale (ne partez pas en vacances 1 mois dans le seul but de me faire mentir !).

Vous vous dites sûrement que dans le commerce, en regardant bien, on trouve des produits laitiers de bonne qualité… mais forcément, ceux-ci ont un coût. C’est le sujet du point suivant, qui parlera même à votre compagne/compagnon récalcitrant.

4 – Les économies !

Et elles sont réelles ! Bien entendu, plus vous consommez de yaourt, plus les économies seront importantes.

J’ai essayé d’écrire maintes fois ce paragraphe, avec son litre de calculs, la consommation électrique, le rendement des sachets de ferments pour que cela soit digeste à lire pour vous… mais impossible de mélanger des probiotiques aux maths.

Je vous ai donc plutôt préparer cette infographie sur les économies pour une base de yaourt nature avec une recette pour 1 litre de lait bio :

infographie sur les économies réalisées avec une yaourtière
Vous aimez cette infographie ?
Intégrez la gratuitement sur votre site web.
avec Twaino
<a target='_blank' href='https://mon-ptit-yaourt.com/bienfaits-yaourts-maisons/' title='infographie sur les économies réalisées avec une yaourtière' rel="noopener"><img width="410" height="1024" data-no-lazy='1' src='https://mon-ptit-yaourt.com/wp-content/uploads/2021/12/infographie-410x1024.png' alt='infographie sur les économies réalisées avec une yaourtière' border='0'/></a><br/>Source de l’image:infographie sur les économies réalisées avec une yaourtière | <a target='_blank' href='https://mon-ptit-yaourt.com/bienfaits-yaourts-maisons/' rel="noopener">mon-ptit-yaourt.com</a>

Pour une famille de 4 personnes consommant 2 yaourts par jour chacun, on arrive à une économie de 100 € en 3-4 mois. Ben en voilà une riche idée !!!

Il faut dire que, chez les industriels, ils comptent le prix de marketing/publicité, les pertes dues aux invendus, mais aussi tout le prix du transport avec la chaîne du froid à assurer.

Ahhh !!! Le transport… on arrive au point suivant :

5 – On agit pour la planète !

Des camions pour transporter le lait, les ferments et autres éléments chimiques. Puis des camions, encore, pour transporter ces yaourts à travers tout le pays… à travers le continent !

Que de pollution ! Donc si vous fabriquez votre yaourt en achetant du lait de filières locales, c’est un réel geste pour l’environnement.

Il faut aussi parler des emballages plastiques qui, pour les pots de yaourts, ne sont pas recyclés partout (30% du territoire seulement) et qui, de toute façon, ne sont pas recyclables à l’infini. Les opercules plastiques ne sont pas (pour le moment, mais des recherches vont dans le bon sens) récupérables.

Pour le pot en verre, leur réutilisation est infinie, il y a donc moins de déchets. Pourtant, l’impact des émissions de CO2 est plus important que pour les pots plastiques : leur masse étant beaucoup plus élevée, le transport est plus énergivore et on obtient la balance suivante, pour une bouteille de 1 litre (source L’EXPRESS) :

  • Émission de CO2  pour le modèle en plastique : 129 g.
  • Émission de CO2  pour le modèle en verre : 345 g.

Avec une yaourtière, on a des pots en verre qui restent à la maison, utilisables à l’infini (sauf maladresses). Que du bon pour la nature !

6 – C’est ludique avec les enfants !

Vous vous posiez la question de l’impact du marketing (le bonhomme vert à 3 yeux) sur la sélection des yaourts de vos enfants? Vont-ils manger ces préparations maisons sans mascottes pour les encourager ?

Ben en fait, si on fait une comparaison, les gâteaux qu’ils préfèrent manger sont souvent ceux pour lesquels ils ont cassé eux-mêmes les œufs en cuisine. Ils préfèrent leur cake maison à des pâtisseries plus élaborées mais sur lesquelles ils n’ont pas participées.

C’est pareil avec les yaourts ! La réalisation est faisable (accompagné) dès 3-4 ans, avec une yaourtière : les ingrédients sont faciles à manipuler, et la recette est simplissime. Le plaisir est immense, pour eux, de créer quelque chose. La surprise est grande de voir le liquide se transformer dans la machine.

C’est aussi l’occasion d’expliquer ce processus avec des mots simples lorsqu’ils sont jeunes, puis plus complexes en grandissant.

Un vrai accompagnement ludique par la confection, d’abord. Par le savoir, ensuite. Mais aussi par le goût : ils peuvent préparer leurs fournées, en diversifiant les arômes et en essayant de les retrouver en dégustant , sans colorants ou images pour leur donner la réponse. Un vrai jeu en famille !

7 – « C’est moi qui l’ai fait » !

Et oui, vous avez aussi gardé votre âme d’enfant, et la satisfaction d’avoir confectionné votre première fournée mène irrémédiablement à un plaisir mérité.

En prenant confiance, vos réalisations seront plus personnelles,vos recettes personnelles plus élaborées et pourront même être servies à des invités qui seront surpris et vous féliciteront.

Il faut le dire, on est tous fier de faire plaisir aux personnes qu’on aime.

« Vu comme ça c’est cool… mais les yaourts maisons, c’est pas trop galère à faire ? » 

Bon, reprenons au moment où vous étiez au rayon yaourt. Vous vous disiez que ces fabrications industrielles n’étaient pas le mieux, mais que les efforts pour préparer maison n’en valaient peut-être pas la peine…

Mais en analysant les faits, les bénéfices sont indéniables :

  • Des apports certains en probiotiques.
  • Le choix des produits de base.
  • En finir avec les additifs et les conservateurs.
  • Des économies.
  • Un geste pour l’environnement.
  • Une activité ludique pour les enfants.
  • Une estime de soi renforcée.

Alors oui, je ne vous le cache pas, il faut un temps de préparation… mais pour des yaourts du quotidien, il faut compter 5 minutes en cuisine.

C’est le temps de fermentation qui est long (6h – 12h en fonction du type de lait) et il faut vérifier à chaque instant que la température soit stable… et c’est là que l’achat d’une yaourtière vient nous enlever une corvée, en facilitant grandement les choses : il suffit de démarrer l’appareil au bon moment, la yaourtière se chargeant du contrôle de la température automatiquement. Vous n’avez plus rien à faire !

Un peu d’organisation suffit (afin d’être présent quand l’appareil a terminé) pour que 7 satisfactions soient réalisées, je vous l’assure.

Si vous n’avez pas encore de yaourtière, il ne vous reste qu’une chose à faire : c’est d’essayer !

Retour haut de page